• Bonjour...enfin, je devrais dire "Mingalaba" qui signifie bonjour en Birman.

    Nous voici sur le point de partir vers le Myanmar, nouveau nom de la Birmanie. Le 3 mars 2014, nous allons embarquer à bord d'un Airbus A380 de la compagnie Thaï Airways international 

     

    Nous avons la convocation aéroport qui stipule que nous devons arriver à Roissy Charles de Gaulle, Terminal 1, 3 heures avant le décollage qui est prévu le à 13h30.

    Nous avons une escale prévue à Bangkok, le lendemain matin à 6h30, et devrons prendre un Airbus A330 de la même compagnie à destination de Mandalay, à 7h45.. Peu de temps pour faire le transfert..ce sera une vraie course contre la montre..on verra pourquoi plus tard..

     

    Pour le moment, nous partons en taxi à Roissy et avant d'aller au  comptoir de la Thaï Airways, je passe à un bureau de change, pour pouvoir échanger des euros contre des dollars neufs, car impossible d'avoir des billets commandés dans une banque qui soient absolument sans aucune pliure, trous d'épingle, rature, annotation ou corne. La banque ne peut garantir que les billets fournis seront exempts de tout cela.  En Birmanie, tout comme en Chine et en Inde, ils sont très exigeants sur la qualité des billets de banque, et refusent tout billet qui ne soit pas absolument conforme à leurs critères...Je prends les dollars en différentes coupures, et en quantité suffisante afin d'avoir de quoi payer pourboires et autres bricoles. Cela peut toujours servir, et c'est accepté partout dans le monde.  

     

    Arrivés au comptoir de la Thaï, l'hôtesse nous dit que nous sommes pas ensemble dans l'avion !! rebelote erf, maintenant c'est habituel d'être séparés, les femmes mariées étant classées dans l'avion selon leur nom de jeune fille... Nous sommes tous les deux très loin l'un de l'autre, au moins 5 rangs plus loin, moi coincée contre un hublot, du même côté que mon mari qui lui a un siège au milieu d'un rang de 3, très loin de moi...Après avoir négocié avec l'agent de comptoir, nous arrivons à obtenir deux places en bordure de corridor, en vis à vis, à un rang près, pour ce vol, mais pas pour celui de Bangkok-Mandalay, là, il faudra voir dans la cabine pour faire des échanges si c'est possible erf. Nous enregistrons les bagages, et ouf, on aura pas à les récupérer à Bangkok, ils suivront jusqu'à Mandalay.. enfin, on l'espère..

    Commence le parcours des couloirs, et d'escalators, qui tournent en rond dans ce gigantesque escargot qu'est ce terminal 1, que je déteste !!

    Après les différents contrôles de sécurité, douanes, et scan bagages à main, après avoir parcouru tous les couloirs et zone Duty free,

     

    nous passons enfin  en salle d'embarquement..Déjà ce parcours là est épuisant !! faudrait avoir des patins à roulettes..

    Nous sommes à la porte 55

    Pendant ce temps, notre avion est là, et il est procédé au chargement du kérosène, fret, bagages, plateaux repas etc..

    Le moment d'embarquer arrive, les numéros de sièges sont appelés pour procéder à l'embarquement, d'abord par l'arrière de l'avion, puis par l'avant.. 

    Nous voici à bord...les hôtesses sont très élégantes avec leur tenue traditionnelle chatoyante, leurs écharpes en tissu lamé, et la grosse fleur d'orchidée épinglée dessus..

    L'installation à bord se fait progressivement, l'accueil est agréable, mains jointes et tête inclinée sur le côté.. les hôtesses souriantes, aident à la recherche des sièges, et pour la mise des bagages dans les coffres..

    La cabine de l'Airbus A380 même en classe économy au pont principal, est très confortable..et l'avion n'est pas plein.. ce qui permet à certains de pouvoir s'allonger aux places arrière de la cabine ...

     

    les sièges sont larges et il y a assez de place pour les jambes entre les sièges, les couleurs sont agréables. Le violet et ses dégradés vers le rose..

    Une fois tous les passagers installés, et le comptage terminé, le commandant de bord se présente, au micro, puis il est procédé aux consignes de sécurité qui s'affichent sur les écrans, avec annonces en différentes langues, Thaï, anglais et français

    Le chef de cabine passe pour dire bonjour en thaï et en français

    Nous sommes presque en vis à vis, à un rang près.. On nous distribue les écouteurs

    Puis c'est le décollage

    Le décollage se fait en douceur, (de même que l'atterrissage plus tard)

     Pas de turbulences lors du service de l'apéritif servi une demi-heure après le décollage, avec champagne ou non, et des crackers..

    Puis nous découvrons nos plateaux et là bonne surprise, les couverts sont en métal !

    Nous n'avons pratiquement jamais eu ces couverts là, même sur Air France aux belles heures de la compagnie et de ses vols  longs courriers, ni dans tous les vols effectués précédemment, sur d'autres compagnies, sauf plus tard dans le vol Air Austral vers l'île de la Réunion.

    2 plats au choix, Vin, bière servis dans des vrais verres, ou sodas au choix...et le pain est chaud !

    On nous présente des serviettes chaudes avant et après chaque repas.

    Puis, la cabine est mise en mode "nuit", hublots fermés...mais difficile de somnoler avec des gens qui parlent, se déplacent et s'agitent...Et on commence à avoir froid, car le chauffage est coupé.. donc, pulls, polaires, et couvertures..

     

    collation en milieu de vol, avec un sandwich et boisson, à prendre aux postes galleys..

     

    Quelques turbulences jusqu'à l'arrivée mais rien en comparaison de ce qu'on va avoir au retour !ouch

    visite aux toilettes, impeccables comme souvent sur les compagnies asiatiques, avec un flacon d'eau de Cologne à disposition...

    Environ 1h30 avant l'atterrissage, la cabine est rallumée et le personnel procède au service du petit-déjeuner 

    le plateau du petit déjeuner est également bien pourvu et de bon niveau.. Il y a également un plat chaud; et le croissant aussi est chaud..

    La descente avant l'atterrissage se fait en douceur, et l'atterrissage est au top, pas d'arrivée brutale sur le tarmac, avec le choc des roues comme c'est souvent le cas...Et nous arrivons à l'heure prévue à Bangkok à 6h30...

    Nous avons 1h15 pour le transfert vers le terminal de l'aéroport où nous devons prendre un vol A330 vers Mandalay..

    Sauf que cela va s'avérer très difficile de pouvoir être à l'heure...l'embarquement est prévu à 7h45, et lorsque nous arrivons en zone de transit, après avoir parcouru des kilomètres de couloirs, nous sommes bloqués par des files d'attente interminables, jusque sur les marches des escalators par des agents de sécurité qui empêchent les gens d'accéder aux postes de contrôles de police...Il y a eu plusieurs vols européens arrivés en même temps, et ça bouchonne un max !! Vu que les agents de contrôle aux poste de police mettent plusieurs minutes à contrôler billets, cartes d'embarquement et passeports ça dure..Et l'heure tourne ! smile 

    Cet aéroport nous le connaissons bien maintenant, c'est l'un des plus grands du monde, et il est saturé...On a beau montrer nos cartes d'embarquement, on nous dit d'attendre...

    Je commence à me dire qu'on va rater le vol ! Lorsque mon mari avise une brèche dans la queue, et un ascenseur un peu plus loin, qui lui n'est pas gardé par la sécurité...(sans doute une omission..) nous nous engouffrons dedans, et montons pour passer les contrôles...

    Là aussi, c'est le vrai bazar, et on piaffe...mais bon, de toutes manières, on y peut rien, alors...enfin, on passe le scan bagages à main, comme toujours, mon mari doit sortir tout son matos du sac, appareil photos, objectifs, chargeurs, ordi portable, on se rhabille comme on peut, se rechausse, récupère son matériel,  et on file au pas de course vers les portes d'embarquement...

    là encore, des kilomètres de couloirs, certains avec tapis roulants, d'autres sans..je commence à flancher, je me demande comment je vais pouvoir arriver au bout, parce que évidemment, notre porte comme toujours, est la dernière du terminal ! erf Je me fais doubler par un jeune thaï qui conduit une petite voiture électrique avec des bagages à l'arrière et une dame à l'avant, il me propose d'un coup de tête de monter..mais comme je ne sais pas à quelle porte il va s'arrêter et que mon mari est loin devant, je décline...

    Et je continue à marcher (en courant) le plus vite que je peux, avec mon asthme, les 5h30 de décalage en plus par rapport à Paris, les 11 h30 de vol et la nuit blanche dans l'avion précédent...J'en peux plus ! Enfin, je vois mon mari s'arrêter devant la porte concernée, et qui m'attend..

    Il est 7h25, l'embarquement est déjà commencé depuis 7h05, et l'avion décolle à 7h45 ! ouch Je crains toujours dans ce type de situation, que les portes soient fermées quand on arrive.. Mais bon, ils doivent savoir qu'il y  beaucoup de passagers bloqués aux contrôles...on prend la passerelle et on arrive dans la cabine...Et là...ce sera dans le prochain article si vous voulez bien...

     

    En attendant, je vous laisse regarder les photos..à bientôt, merci de vos visites et commentaires

     

     
     
    Technorati

    16 commentaires