• Suite de notre circuit...le 23 octobre 2013, nous quittons notre hôtel de Foz d'Iguaçu, le Carima, après avoir pris le petit déjeûner, et assisté à la projection du film "Mission"...

    Au début du XVIIIème siècle, le frère jésuite Gabriel (Jérémy Irons). fonde une mission sur les terres des Indiens Guarani. A la même époque dans les mêmes lieux sévit Mendoza, aventurier mercenaire. Ces deux hommes vont se retrouver pour lutter contre la domination espagnole et portugaise.

    Frère Gabriel remonte le fleuve Paraná et pénètre sur les terres des Indiens Guarani, où il va fonder la mission de San Carlos. Il rencontre Rodrigo Mendoza (Robert de Niro), aventurier, un mercenaire chasseur d'esclaves. Son gibier favori : les indiens Guarani. Un jour, rentrant de l'une de ses chasses, il tue son frère Felipe dont sa fiancée s’est épris.

     

     

    Fou de remords, il veut mourir et s'isole dans un hôpital pour incurables où il reçoit la visite de Frère Gabriel. Mendoza désespère de trouver le châtiment proportionnel au crime qu’il a commis. Gabriel lui propose un symbolique, épuisant et salvateur chemin rédempteur :  lourdement chargé, il escaladera les falaises qui surplombent les chutes d'Iguazu...

    Responsable de la mort de son frère, l'aventurier accepte de se mettre au service des jésuites.  Parallèlement à l’histoire de ces personnages, la mission San Carlos se développe, prospère, mais devient bientôt l’objet d’un litige entre les deux puissances colonisatrices en Amérique Latine : L’Espagne et le Portugal …L'une croit aux bienfaits du christianisme pour les Indiens, l'autre les convoite comme esclaves. C’est le Vatican à travers un représentant du Pape qui tranchera cette question lourde de conséquences pour les Indiens… 

          

    Le scénario s'inspire d'un récit authentique. Un film qui rappelle les crimes et horreurs commis par les colonisateurs Européens au nom de la religion, leur bassesse et leur inhumanité...  il y a à peine trois siècles…

    Le film de Roland Joffé reçut le prix de la Palme d'Or à Cannes en 1986.

    Puis nous devons retrouver notre guide Manuela qui nous attend dans le hall, pour un départ vers les chutes côté brésilien.. 

    La météo est différente de la veille, le ciel est couvert, il fait très lourd, et on pense que l'orage n'est pas loin...

    Nous arrivons à l'entrée du Parc national d'Iguaçu (de l'autre côté de celui d'Iguazu)

    Les chutes sont dans un brouillard assez épais...mais on les voit bien quand même

     

    l'accès pour voir les chutes est beaucoup plus facile que du côté argentin...Là, pas besoin de faire des kilomètres sur des passerelles, on peut suivre celles qui vont au plus près des chutes, mais c'est beaucoup plus court et moins fatigant,..

       
       
       
       

    Même sans faire le parcours de la passerelle qui fait 1km600.. (Mon époux lui l'a fait, est revenu trempé ! ça mouille bien quand même !! smile C'est un brouillard complet, avec douche assurée..

    Il y a même un ascenseur pou descendre au pied des chutes et les voir de près (et les entendre !) le bruit des cataractes est impressionnant !

       
       

    Pendant que nous sommes sur le site, le ciel se dégage, et la brume qui bouchait la vue à notre arrivée, est complètement dissipée..Le ciel est bleu, le soleil brille, et il fait très chaud..

     

    Après avoir passé environ 2 heures sur le site, et fait une petite visite à la boutique (hé oui, comme toujours ! sarcastic) nous allons repartir vers notre hôtel pour déjeûner, ensuite ce sera temps libre ou visite d'un parc ornithologique, jusqu'à l'heure du départ pour l'aéroport d'Iguaçu, et embarquer pour Sao Paulo, afin de reprendre un vol vers Paris.

    Comme je n'avais pas trouvé de boite aux lettres côté argentin pour mettre mes dernières cartes postales (timbrées avec des timbres argentins) je prends le risque de les poster ici, côté brésilien..La guide me dit que les deux côtés ne s'aiment pas beaucoup, mais bon, on verra bien hein...Et elles sont toutes arrivées à destination ! smile

    Le déjeûner à l'hôtel était très bon, le buffet toujours aussi bien pourvu...Petit tour dans la chambre pour nous changer, faire les valises et sortir les bagages...

    Nous allons profiter de la galerie climatisée, pour nous détendre, car dehors, cela chauffe tellement que personne ne s'y aventure !Il

     

    n'y a absolument personne autour de la piscine, ni même dedans.. Le soleil est au zénith, et cuirait un œuf...

    En attendant l'heure du départ, nous assistons à la pratique du "maté"... les brésiliens et surtout les argentins sont munis de ce petit récipient avec sa pipette, et nous voyons comment ils s'en servent..

     

    Nous en avons ramené un pot et sa pipette pour offrir aux enfants...Le même genre que celui-ci 

     

    Le maté (en espagnol, mate) ou chimarrão, en portugais, est une boisson traditionnelle sud-américaine issue de la culture des Amérindiens Guaranis, préparée en infusant des feuilles de yerba mate. Le maté est un stimulant, améliorant la réactivité et les capacités de concentration dont la consommation à long terme apporte plusieurs effets bénéfiques sur la santé.

    Avec le thé et le café, le maté fait partie des trois principales boissons contenant de la caféine les plus consommées dans le monde. Le maté est ainsi fortement consommé en Argentine, au Chili, au Paraguay, en Uruguay, au Brésil méridional et en Bolivie. En dehors de l'Amérique du Sud sa consommation reste moins importante que celle du thé ou du café, mais elle est en forte progression ces dernières années. Le maté est également consommé de manière non négligeable au Liban et en Syrie dans des familles ayant émigré en Argentine au XIXe siècle. Les instruments utilisés pour la préparation du maté : la calebasse et la bombilla (sorte de paille métallique) sont des éléments importants de la culture de certains pays d'Amérique du Sud où il n'est pas rare de voir des personnes boire le maté dans la rue. 

    la préparation du maté se fait dans un ordre très établi, tout comme celui du thé dans divers pays...Il existe beaucoup de formes différentes pour la bombilla..

    Les différentes phases de la préparation du maté :

    Préparation du maté
     
    Les différentes phases de la préparation du maté :
    1 Chauffer l'eau (70 à 75°) ;
    2 Remplir la calebasse de feuilles aux 2/3 ;
    3 Agiter ;
    4 Mettre les feuilles sur un côté ;
    5 Mettre la bombilla du côté où il y a le moins de feuille ;
    6 Verser l'eau du côté de la bombilla ;
    7 Pour le mate sucré : ajouter le sucre du côté de la bombilla.

    (Source Wikipédia)

    Nous n'en avons pas goûté...

    C'est l'heure de partir vers l'aéroport, et reprendre le chemin de la France, mais cela sera dans le prochain article, en attendant, je vous laisse regarder les photos et la petite vidéo (mettez le son)...Je trouve que de ce côté, la vue sur les chutes est encore plus impressionnante, car on a une vue panoramique sur toutes les chutes, des deux côtés, et ce sur des dizaines de kilomètres ! Ce sont vraiment les plus belles du monde !

    @ bientôt

     

     

     

     
     

     

    Technorati

    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique