• Suite de notre voyage en Birmanie, de mars 2014..

    Le 5 mars, 3ème jour du circuit, nous quittons l'hôtel de Mandalay après le petit déjeûner, à 8h00, pour prendre la route et aller visiter une fabrique de feuilles d'or...Voir le travail des batteurs d'or.

    Sur la route, nous voyons une circulation dense et des modes de transport assez hétéroclites...

    Dans la fabrique, notre guide Thida, dans sa jolie tenue mauve à fleurs, nous explique le processus de la fabrication des feuilles d'or, du début jusqu'à la fin...

    Nous assistons à un travail de forçats...les garçons qui tapent sur ces paquets le font suivant un procédé très ancien et toujours en vigueur

    Chaque batteur est un garçon jeune (on comprend pourquoi.. la nature de ce travail épuisant ne peut être pratiqué que par des jeunes. Le bruit du martelage, la chaleur les mettent à rude épreuve, en plus de l'effort physique...

    Les batteurs frappent chacun leur tour, de manière décalée, le premier, le deuxième, voire le troisième..à un rythme régulier, et ce pendant 5 heures...avec des pauses qui sont déterminées lorsque" l'horloge" artisanale qu'ils ont devant eux, est remplie (un récipient d'eau, sur lequel flotte une coupelle, genre demi noix de coco) percée d'un petit trou au milieu. Lorsque l'eau a rempli la coupelle et qu'elle a été vidée trois fois, (environ 30 mn) alors ils peuvent s'arrêter et prendre quelques minutes de repos)

    Et ils recommencent ainsi pendant des heures... martelant...

    Ils sont pieds nus, dans la chaleur de l'atelier, s'appuyant contre une barre de bois derrière eux, pour soulager leurs reins ... Encore que ceux-ci travaillent près de la porte d'entrée et ont de l'air...certains travaillent dans des caves...

    Un travail épuisant ...sans doute très mal payé...

     

    Pour faire des feuilles d'or.. Il faut : prendre un morceau d'or, environ 80 grammes, le faire passer entre deux rouleaux qui servent de presse pour avoir un mince ruban d'or.

    Celui-ci est coupé en petits morceaux placés entre des feuilles de papier de bambou puis dans un étui de cuir par un  autre batteur, qui prépare le paquet, et commence à le marteler...il sera repris par les autres batteurs pour finir le martelage..et ainsi de suite..

    Deux cents morceaux ainsi emballés font une unité. Cette unité et placée sur une pierre et frappée par un ouvrier batteur à l’aide d’un lourd maillet pendant les 3 remplissages/vidages de la coupelle . 

    Les petits carrés d’or ainsi obtenus, sont à nouveau emballés puis encore aplatis : on obtient des morceaux plus grands et plus fins.

    Ensuite, chaque morceau est coupé en six et de nouveau empaqueté : une feuille d’or, une feuille de papier de bambou, une feuille d’or…Et là c'est reparti pour 5 h de martelage.

     jusqu'à obtenir 1200 feuilles de quelques microns d'épaisseur...

    Les femmes s'occupent ensuite de la manutention...travail très méticuleux qui se fait à l'abri des courants d'air, derrière une vitre...Chacune défait les paquets, et à l'aide d'un petit outil en corne, constitue des petits carrés de la taille réglementaire. Chaque feuille est vérifiée, sa surface rectifiée, puis placée sur un papier de bambou. Ces papiers seront regroupés dans des carnets...

     

    Ces feuilles d'or sont principalement utilisées en Birmanie pour les édifices religieux, pagodes, temples, et objets de dévotion.

    Elles s'exportent partout en Asie, mais aussi dans le monde entier. L'or, le jade et le rubis sont extraits dans les mines du Myanmar, par des travailleurs qui triment sous les ordres de la Junte militaire, et vivent dans des conditions épouvantables au nord du pays...A notre époque, au 21ème siècle, c'est le Moyen-Age pour ces malheureux, qui volontaires pour travailler dans les mines, ont cru pouvoir trouver une vie meilleure et surtout mieux payée dans ce contexte...Il n'en est rien..Au contraire, c'est plutôt l'enfer...Malgré l'arrivée dans le gouvernement (sans aucun pouvoir réel sauf à être porte-parole auprès de la Présidence et du Parlement, et Ministre des affaires étrangères...) de Aung San Suu kyi rien n'a changé hélàs..Le tourisme apporte un peu de mieux-être aux populations locales, grâce aux agences de voyage, et aussi aux pourboires.. Mais la Birmanie est encore un pays d'Asie très pauvre.. 

     

     Elles servent aussi pour décorer des objets en bois recouvert de laque..

     

    Après toutes ces explications et avoir vu le travail des batteurs, nous allons reprendre la route pour visiter la pagode Mahamuni, avec son bouddha recouvert de 9 tonnes d'or

    cela ne se voit pas beaucoup, mais j'ai une petite marque d'or sur le front..

    Mais cela sera dans le prochain article...en attendant, je vous laisse regarder les photos et la petite vidéo..n'oubliez pas de mettre le son pour entendre le bruit du martelage.. 

    A bientôt,

     
     
    Technorati

    24 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique